• Edson Chagas est un photographe natif de Luanda en Angola

    Celui ci a appris les bases de la photographie au Portugal, puis s'est perfectionné à Londres et Newport pour ensuite revenir en Angola

    Il a participé à diverses festivals et expositions et a remporté le lion d'or à la Biennale de Venise en 2013 qui est une exposition internationale d'art contemporain

    *

    De son travail, deux séries photographiques ont attiré notre attention :

    La première est "Found not taken"

    Elle représente des objets abandonnés dans les rues....

    Ceux ci symbolisent, pour lui, la dynamique de la ville et dénonce également la surconsommation

    Voici quelques unes de ces oeuvres :

          

       Résultat de recherche d'images pour "edson chagas"   Résultat de recherche d'images pour "edson chagas"

     

    La deuxième série photographique à laquelle nous nous sommes intéressés et qui nous a beaucoup amusé est "Tipo passe" (photographie de passeport)

    Lors de ce travail Edson Chagas a souhaité parler de l'identité,en mélangeant modernisme et traditions ancestrales

    Il a également dit une phrase qui nous a  touché en parlant de ces photographies :

    "Quand on évoque l'Afrique, on en parle comme d'un seul pays. Mais c'est un continent."

    Et là,bien obligé de se dire honteusement : Ah oui ... C'est vrai, il a raison !!

    les photos :

                     

     *

    C'est donc à partir de cela que nous avons travaillé aujourd'hui ...

    Et oui, malgré la pluie nous sommes sortis en reportage photos pour faire comme Edson Chagas !!

    Voici les clichés que nous avons rapporté représentant des objets abandonnés ...

         

      

    Ce qui est triste, c'est d'en avoir trouvé !!!

    frown

    Et voici nos "Tipo passe"

      

    Hihi !!!

    *

    A bientôt 

    Pour de prochaines découvertes !!!

    happy

     


    votre commentaire
  • Aujourd'hui, nous nous sommes intéressés aux différents sports dans lesquels l'Angola est représenté dans le monde 

     

    LE CYCLISME

    Avec IGOR SILVA

    C'est un coureur cycliste sur route que l'on peut voir dans des compétitions internationales

    Mais c'est surtout dans son pays qu'il rayonne en s'imposant régulièrement depuis 2006 sur le podium du championnat d'Angola sur route et en contre la montre.

    *

    LE RINK HOCKEY

    Mais c'est quoi ce sport ???

    C'est du hockey en salle qui se joue avec une balle et des patins à roulettes !!

    En 2013,  l'Angola a organisé sur son territoire la 41 ème édition du mondial de rink hockey

    Ce qui montre leur présence active dans ce sport sur la scène internationale

    Logo du mondial rink en Angola

    Actualité récente :

    L'équipe angolaise des moins de 20 ans a participé au mondial de rink hockey 2015 qui a eu lieu en Espagne

    L'Angola se prépare pour le mondial de rink hockey U20 2015

    Ils sont arrivés 14ème

    *

    LE BASKET BALL

    Depuis l'indépendance du pays qui a eu lieu en 1975, l'Angola possède une équipe de basket de renommée internationale 

    Les "Palencas Negras " ce qui signifie les "antilopes noires"

    Voici l'équipe de 2015 :

    Les "Palencas Negras" jouent sur différentes compétitions internationales :

    - les jeux olympiques

    - les championnats du monde de basket

    - les championnats d'Afrique des Nations

    ...

    *

    L'ATHLETISME

    Comme beaucoup de pays africains, l'Angola est également représenté dans le monde par l'athlétisme

    Voici le nom de quelques athlètes angolais de cette discipline :

    CAVELA FILISMINA

    5 ème aux jeux olynpiques de 2012 au 800 mètres femme

    ALDA PAULO

    3 ème aux championnats du monde du 100 mètres femme de 2011

    ALEXANDRE JOAO

    3 ème au grand prix d'athlétisme du Portugal en 2012

    Nous avons eu également envie de nommer des athlètes tel que :

    - Octávio dos Santos (Luanda), José Chamoleia (Huambo), Fernando Simão (Malange), Esperança Gicaso (Luanda),Befília Buiyo (Bié), Rode Fernando (Huambo) et Joaquim Manuel (Luanda) qui sont handicapés visuels

    - Alberto Lussasse (Bié) qui est handicapé moteur

    - António Rock (Namibe), Laureta Cassinda et Alcidades Festo (tous deux de Huambo) qui sont handicapés en fauteuil roulant

    Et qui sont tous sélectionnés pour les jeux parolympique de 2016

      paraolimpiadas    

    Vraiment impressionnant !!

    cool

    Autre actualité: Est en préparation pour septembre 2016, la 3ème édition du semi marathon international

    Celle ci aura lieu à Luanda

    *

    LE FOOTBALL

    L'Angola a également une équipe de football de niveau international

    Voici l'équipe de 2015

    Depuis 1982, l'Angola participe à la coupe d'Afrique

    Et depuis 1990, à la coupe du monde de football

    *

    L'Angola essaie également de développer la pratique d'autres sports sur son territoire comme le tennis en organisant, cette année et pour la 4ème fois : le tournois international de tennis "Luanda tennis open 2015"

    smile

     

     

     

     


    votre commentaire
  • En Angola, les artisans travaillent le bois, le bronze, l'ivoire, la céramique afin de faire, essentiellement, des sculptures et des masques.

    Chaque ethnie à son propre art

    Nous avons choisi de parler de l'art Tchokwe qui a énormément contribué au développement de l'art en Angola

    yes

    Les Tchokwes sont un peuple africain qui habite en Angola et au Congo

    Voici l'une de leurs sculptures, certainement la plus célèbre de l'art angolais :

    "Le penseur de Cokwe"

    Chef d'oeuvre d'harmonie et de symétrie dans ses lignes

    *

    Les masques Tchokwe sont connus pour exprimer une très grande sensibilité, émotion et ont souvent des traces de larmes 

    En voici quelques exemples :

         

    Mais ce ne sont pas de simples créations esthétiques.

    En effet, Ces masques ont un rôle important dans le cérémonial culturel, symbolisant la vie, la mort, le passage de l'enfance à la vie d'adulte,....

    Par exemple

    Le masque féminin Mwana Pwo

    Résultat de recherche d'images pour "masque mwana pwo chokwe angola"

    Etait utilisé par les danseurs lors de leur puberté

     

    Le masque Cihongo

    Lui,évoque la puissance et la richesse

    Celui ci était porté par les chefs devant apporter la prospérité au village et rendre la justice

     

    Le masque Cikunza

    Est le masque protecteur des nouveaux initiés aux différents rituels

     

    Et il y en a encore pleins d'autres !!

    Mais Oceanne trouve qu'ils font peur alors nous nous arrêterons là 

    wink2

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Malgré la richesse du pays dû à l'exploitation et l'exportation du pétrole

    Tous les enfants vivant en Angola sont bien loin d'être égaux !!

    arf

    Pendant que certains ont la chance d'aller dans de magnifiques écoles ...

        

    .... Dans des régions reculés, d'autres n'y vont pas dans les même conditions ...

       

    ..... Voir même ne peuvent pas y accéder et travaillent 

    En Angola , un tiers des garçons et des filles ne sont pas instruits !!!

    *

    Nous avons donc déjà voulu savoir :

    Pourquoi autant d'enfants ne sont pas instruits ??

    - A cause de la guerre civile, de nombreux enfants sont aujourd'hui orphelins et vivent dans la rue ( 1,2 millions), blessés grave ou anciens enfants soldats. Les associations essaient de les aider comme elles peuvent !

    - Toujours à cause de la guerre civile, de nombreuses écoles ont été détruites (plus de 5000) et la formation des enseignants a été arrêté

    - Aujourd'hui, beaucoup d'enseignants n'ont pas les qualifications nécessaires et les classes sont surchargées (plus de 60 élèves par classe)

    - Le système de formation est médiocre et repose essentiellement sur les aides internationales

    -  Beaucoup de filles sont retenues à la maison pour s'occuper du ménage et de leurs frères et soeurs 

    - Un taux de grossesses très élevé chez les adolescentes : plus de la moitié des jeunes filles entre 15 et 19 ans ont, au moins, un enfant ! Ceci les contraints à arrêter leurs études

    - Des enfants sont obligés de travailler pour subvenir au besoin de la famille à laquelle ils appartiennent

    -  Malgré les profits réalisés grâce au pétrole, l'Angola fait parti des pays africains où les dépenses publiques d'éducation sont les plus faibles

    *

    Notre question suivante fut :

    Pourquoi malgré le fait que le pays soit devenu riche grâce au pétrole, la situation des enfants pauvres et de leur famille ne s'améliore pas ?

    Pourquoi les inégalités persistent voir même grandissent ?? 

    Malheureusement, à travers nos recherches, nous avons pu lire que l'argent du pétrole ne profite pas à la population

    Il y a d'une part, énormément de corruption en Angola et de l'argent disparait des finances de l'Etat ...

    D'autre part,l' argent est mal réparti !

    Et pendant que d'un côté du pays sont construits des écoles privées, hôpitaux privés, immenses stades, .... grâce à cet argent ...

    Panoramic

    De l'autre côté du pays, des familles, vivent sous le seuil de pauvreté,dans des huttes sans eau potable, sans électricité et souffre de malnutrition  ...

    Cela représente 41% de la population !!

     Un exemple concret :

    Ce gymnase est un bâtiment qui a été conçu pour recevoir la coupe du monde de hockey sur patin en 2013

    Il a coûté 10 millions d'euros à l'Etat angolais

    Selon l'organisation Cartitas Angola, deux millions d'angolais vivant dans cette même région souffrent de la faim ...

     *

    Ces recherches nous ont atteintes

    Et une incompréhension reste en nous : Pourquoi cette injustice? 

    Nous ne parlons pas assez de ces choses là !

    Et oui ....

    Tous les enfants dans le monde, toutes les personnes dans le monde n'ont pas la chance d'avoir un toit, de quoi s'alimenter, la possibilité de s'instruire et de s'offrir même des choses qui ne sont absolument pas vitales !!!

    *

    Nous terminons cet article avec une photo qui, nous trouvons, reflète très bien ce dont nous venons de parler ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  • Voici un conte Cokwe, de la région de Moxico en Angola

     

     

    MWAA PHWO MUPEMA

    (La jeune fille parfaite)

     

    Dans un village du Moxico, un homme avait une fille très belle. Tous les garçons qui la croisaient la voulaient pour amie. Certains se disaient intérieurement : « peut-être même comme épouse ». Ceux qui la voulaient pour épouse, allaient demander sa main aux parents. Le père acceptait, mais il posait une condition :

    — Comme vous le voyez je suis déjà âgé, si vous arrivez à labourer la parcelle du champ qui reste, j’accepterai de vous donner la main de ma fille et vous deviendrez mon gendre.

    Ainsi, les jeunes hommes acceptaient de faire ce que leur futur beau-père leur demandait. Un jeune homme se porta candidat, on lui donna une houe, une hache et un coutelas, et le père de la jeune fille lui dit :

    — Commence à labourer de cette borne jusque là-bas, sans t’arrêter. Si tu y arrives, tu peux te considérer mon gendre.

    Le jeune homme, obéissant, prit la houe et commença : schtok, schtok, schtok, schtok, schtok, schtok… et il laboura la terre sous le regard attentif de la mère de la jeune fille.

    Après avoir labouré quelques mètres, il haleta :

    — Oh!

    Il essaya de se redresser un peu, mais la belle-mère qui le suivait, en le voyant s’étirer, lui dit :

    — Tu t’es reposé, ma fille ne sera donc pas ton épouse. Allez, c’est fini ! On rentre à la maison.

    Le lendemain, apparut un autre prétendant, on lui donna les mêmes outils et il se mit au travail : schtok, schtok, schtok, schtok, schtok, schtok. À la moitié du champ, il s’écria :

    — Oh!

    Ensuite il s’étira. La mère de la jeune fille, voyant cela, lui demanda :

    Es-tu déjà fatigué? Tu n’auras donc pas ma fille.

    Peu de temps après, apparut un nouveau prétendant, plus petit que les deux premiers. On doutait de lui et on lui dit :

    — Tel que vous êtes, qu’allez-vous faire? Si des hommes plus grands que vous n’ont pas réussi, comment allez-vous y parvenir?

    Il répondit :

    — Je vais essayer.

    Il se rendit, ensuite, avec sa future belle-mère sur le lieu de l’épreuve. On lui donna également la houe, la hache et le coutelas. Il écouta attentivement les consignes données par la mère de la jeune femme :

    — Commence ici et termine là-bas, sans te reposer. Si tu y arrives, une fois que nous serons rentrés à la maison, ma fille sera ton épouse pour toujours.

    Le petit jeune homme commença : schtok, schtok, schtok, schtok, schtok, schtok. Il avança et dépassa même l’endroit où les deux autres s’étaient arrêtés. Ensuite, tout en tenant la houe dans une main, il appela sa belle-mère :

    — Madame, Madame!

    Et tandis qu’il signalait de l’autre main l’endroit où se terminait le labourage, il demanda :

    — L’autre partie du terrain vous appartient aussi?

    La future belle-mère répondit patiemment :

    — Oui, cette partie nous appartient aussi.

    Et il continua à poser des questions, et pendant ce temps-là, se reposait un peu.

    — Madame, me suis-je reposé?

    — Non, continue.

    Et il continua : schtok, schtok, schtok, schtok, schtok, schtok. Et de nouveau, il leva le bras :

    Madame, madame, faut-il labourer là-bas aussi?

    La future belle-mère répondit :

    — Non là-bas ce sont des bois. Tu ne dois labourer qu’ici.

    Il demanda de nouveau :

    — Madame, me suis-je reposé?

    La mère de la jeune fille, patiemment lui répondit :

    — Non.

    Et le jeune homme continua, schtok, schtok, schtok, schtok, schtok, schtok et dit :

    — Madame, j’ai oublié mes vêtements là-bas derrière, les fourmis ne les ont pas rongés?

    La belle-mère demanda :

    — Où ça?

    Il répondit :

    — Plus loin, là-bas!

    Et la belle-mère répondit :

    — Non, le pantalon est en bon état.

    Et de nouveau le jeune homme demanda :

    — Madame, me suis-je arrêté?

    — Non.

    — Madame, j’ai donc fini de labourer!

    La belle-mère, heureuse, applaudit et cria :

    — Wau, wau, wau, wau.

    Ils prirent immédiatement le chemin vers le village et s’approchèrent du balcon où le beau-père se reposait. Celui-ci, dès qu’il les vit, demanda à sa femme :

    — Alors, femme, a-t-il fini de labourer et s’est-il arrêté?

    Elle répondit :

    — Non, mon cher.

    À la fin, le jeune homme emmena la jeune fille chez lui et il en fit sa femme. Ils eurent beaucoup d’enfants et furent heureux.

    Morale : On ne doit pas juger les gens sur leurs apparences.

     

    happy


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires